Qui sommes nous ?

En 1976, la commune de Soullans soutient l’idée d’un musée dédié à Charles Milcendeau en faisant l’acquisition de la propriété du Bois-Durand. 

En cette même fin des années 1970, Georges-Henri Rivière, premier théoricien de la muséologie en France et fondateur du Musée National des Arts et Traditions Populaires, crée un Ecomusée départemental en Vendée. Ce concept innovant regroupe, autour d’un musée d’Histoire, des antennes portant spécifiquement sur le patrimoine départemental. C’est dans cette dynamique qu’émerge l’idée d’un musée consacré à l’œuvre de l’artiste, à Soullans.  

Cette création facilite l’établissement d’une première protection de la maison de Charles Milcendeau, avec l’inscription des peintures murales de la chambre à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1980. Mais à cette date, la commune de Soullans ne possède qu’une seule œuvre : Le pont transbordeur de Nantes, offerte par Marguerite Milcendeau. Un véritable travail d’enquête débute alors, mené par la Conservation départementale des musées de Vendée, afin de retrouver les œuvres et objets dispersés et de constituer une véritable collection. 

En deux ans, avec le soutien des élus et de la population, le défi est relevé. A la façon d’un travail archéologique, la fouille du dépôt à ordures jouxtant le Bois-Durand permet de retrouver un à un les objets personnels de l’artiste. Les enquêtes menées auprès des voisins et des personnes ayant fréquenté l’atelier du vivant de Marguerite Milcendeau favorisent les découvertes. Le chevalet du peintre acquis lors de la vente du Bois-Durand fait l’objet d’un dépôt de la part de son propriétaire. Le lit, les fauteuils, la palette, la boîte à couleurs, la bibliothèque reprennent progressivement le chemin de la maison de l’artiste, jusqu’au pot à tabac dans lequel Charles Milcendeau déposait ses pinceaux. L’univers du peintre se reconstitue peu à peu. 

Les collections s’enrichissent également grâce à l’acquisition d’œuvres appartenant à ses amis, dont l’artiste Jules Grandjouan (1875-1968) ou l’amateur d’art Joseph Borion (1865 – 1957). Nombreux sont les propriétaires qui acceptent de faire don ou de confier tout ou partie des œuvres qu’ils possèdent en dépôt. Certains notables consentent même à acquérir des peintures en vente publique avec promesse de rachat par la commune. 

Les travaux de restauration permettent bientôt aux peintures murales de retrouver leur éclat d’antan, la bourrine, ancien atelier de l’artiste, est transformée en maison du gardien. Dans sa continuité, l’architecte Jean-Claude Pondevie conçoit un nouveau bâtiment d’exposition. Pensée tel un hangar agricole, la structure est recouverte d’un bardage bois pour rappeler l’architecture locale. Ses murs aveugles répondent à la vogue de l’éclairage artificiel prôné alors dans les musées. Tout est prêt pour le premier accrochage dédié à l’œuvre de Charles Milcendeau.  Le musée est inauguré le 27 mai 1982 sous la présidence de Georges-Henri Rivière. 

De nombreux travaux de restauration ou d’agrandissement du musée ont eu lieu au fil des décennies, ponctuées également d’événements, d’expositions temporaires, d’acquisitions d’œuvres…

Le Musée Charles Milcendeau, musée de France, demeure la propriété de la ville de Soullans mais est géré par la Communauté de Communes Océan Marais de Monts.

La maison de l’artiste, inscrite au titre des Monuments historiques est labellisée « Maisons des Illustres » depuis 2024.

L’offre pédagogique destinée au public scolaire est assurée par le service de médiation culturelle du département de la Vendée.

Revenir en haut de page